DE MARSEILLE À GÊNES

DE MARSEILLE À GÊNES

Éditeur : Voiles et voiliers

Collection : Pilote côtier Bénéteau
Reliure : Broché
Description : 415 pages; (22 x 16 cm)
38,00 €
Ajout
panier
Disponible

  Résumé

Les plus beaux mouillages :
Sormiou, Morgiou, île Riou, Alon, les Embiez, Langoustier, Cap Camarat, Cap d'Antibes, les Issambres, le Trayas, îles de Lerins, rade de Villefranche, Saint Hospice.


Les petits ports pittoresques :
Port Miou, Cassis, Le Brusc, les Embiez, le Niel, Porquerolles, Port Cros, Figuerette, Villefranche, Bordighera, Gallinera.


Les grands ports de plaisance :
Marseille, La Ciotat, Bandol, Toulon, Hyères, Bormes les Mimosas, Cavalaire, Saint Tropez, Port Grimaud, St Raphaël, Cannes, Golfe Juan, Antibes, Monaco, Menton, San Remo Alassio, Gênes .


Les ports de pêche accueillants :
Savona, San Remo.


Le passage difficile :
Le Cap Sicié par vents forts d'Est ou mistral.

Certains plaisanciers du nord aiment critiquer les côtes de Provence et de la Riviera, qui à leurs yeux ne sont plus qu’un front continu d’agglomérations, de grands ports de plaisance, en un mot un véritable mur de béton. C’est qu’ils n’ont jamais caboté réellement le long de ces rivages de Marseille à Menton. On ne peut qu’être stupéfait devant les falaises de pierres blanchies par le soleil que creusent les profondes calanques de Marseille et que débordent des îlots totalement déserts. Viennent ensuite la muraille de cyclope de Cassis, les plus hautes falaises de France, l’imposant promontoire du cap Sicié totalement inaccessible par la terre et tous les charmants petits ports entre la grande rade de Toulon et les marais de la presqu’île de Giens où nichent des flamands roses. Les rivages ombragés de pins de l’île de Porquerolles, n’ont pas non plus changé depuis des siècles et la côte sud est tout aussi sauvage que bien des rivages de la Corse.
Affirmer également que les parages de Saint Tropez sont envahis de riches villas les pieds dans l’eau, c’est bien méconnaître les escarpements de roches rougeâtres, les grandes toisons de pins qui descendent jusqu’à la mer des caps Lardier et Camarat. La multitude des petites criques de la côte du Trayas entre St Raphaël et Cannes, ne peut également que faire aimer les paysages méditerranéens. Et même au voisinage des grandes agglomérations de Nice et de Monaco, on peut encore trouver comme dans la rade de Villefranche quelques tranquilles mouillages dans une nature préservée du béton. La côte italienne est sans doute une des plus urbanisées mais son rivage reste montagneux et l’ambiance de ses ports toujours animée ne manque pas d’attrait.